Pour une dynamique Fab City au coeur des villes moyennes françaises

3 janvier 2018

À la mi-décembre 2017, le ministre de la cohésion des territoires présentait les contours du plan national pour les villes moyennes françaises : Action cœur de ville.


Si les centres, dans leur grande diversité, ont tous en commun de porter l’identité de leur territoire, on observe une évolution parfois spectaculaire de la dégradation du milieu de vie de nombreuses villes, tout particulièrement sur le plan du commerce, de l’habitat et de la précarisation de la population. Aujourd’hui, certaines villes de 20 000 à 10 0000 habitant·e·s connaissent une démographie en décroissance continue et jusqu’à 25% de leurs commerces vacants.


Pour que le centre de ces villes ne soient pas condamnés à devenir les satellites de méga-zones commerciales périphériques, et pour que les hypermarchés ne soient pas les seuls à détenir le monopole du cœur social d’un territoire, il faut repenser la fonction des centres en valorisant l’existant, en facilitant l’agilité des petit·e·s opérateur·rice·s et en coordonnant leurs actions pour rendre possible un rééquilibrage.


Faire ses courses, ce n’est pas faire société !


Il faut désolidariser l’envie de posséder à la nécessité d’être. En réponse à ces questions, FAB CITY envisage trois propositions :

  • Revaloriser le marché, lieu avancé pour la reconquête sociale des centres de ces villes moyennes. Il faut célébrer leurs fonctions et développer les services de transmission de valeurs.
  • Expérimenter une place, une rue ou un quartier pour la·le définir comme une zone prototype où des commerçant·e·s, des associations et des habitant·e·s peuvent inventer de nouvelles formes de production et des nouveaux services en mesure de construire un récit vivant pour celles et ceux qui vivent ou traversent la ville.
  • Imaginer un bâtiment au cœur de la ville, emblématique du centre, capable d’accueillir un programme ouvert de résidences pour jeunes designers des milieux sur une période longue (6 mois à 1 ans). Ces designers auraient pour rôle d’accompagner les habitant·e·s vers une transformation des centres et de leurs fonctions pour des usages adaptés au contexte de chaque ville.